Contact

Neurofeedback Bruxelles

Téléphone : 32 2 649 03 91
E-mail :
nicou.bollu@skynet.be

Rue Marie-Henriette, 24, à Ixelles
(Bruxelles, en Belgique)

Map

 
 
 

FAQ

 
1. Les résultats obtenus sont-ils durables ?
Imprimer

Oui, les résultats sont durables. Le cerveau retient ce qu'il a acquis comme la lecture, la pratique du vélo la natation, etc...

 
2. Qu'entend-on par "quelques" séances ?
Imprimer

Je veux dire que des changements sont généralement rapidement observables.

 
3. Qu'est-ce que le Neurofeedback va apprendre à mon cerveau ?
Imprimer

Le neurofeedback n'apprendra rien à votre cerveau : la plasticité du cerveau est une réalité, cette faculté sera simplement "boostée". Il se limitera à lui signaler les perturbations et c'est le cerveau lui-même, grâce à ce signal, qui modifiera les "routes"  neuronales, réparera des neurones abîmés, créera de nouvelles synapses, ou rééquilibrera le système des neuro-transmetteurs.

 
4. Avez-vous déjà eu des résultats avec des personnes atteintes de fibromyalgie ?
Imprimer

Oui, bien sûr. Un rhumatologue bien connu dit que, pour cette maladie, la seule réponse efficace est le neurofeedback. Il s'est d'ailleurs formé lui-même à cette technique après en avoir observé ses résultats.

 
5. Les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer peuvent-elles être aidées par le neurofeedback ?
Imprimer

En effet, ces malades tirent des bénéfices significatifs des séances. En France, le neurofeedback est utilisé, dans ces cas-là, notamment à l'Hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris.

 
6. Je passe des nuits presque blanches, le neurofeedback va-t-il m'aider à régler mes problèmes de sommeil?
Imprimer

Oui, le neurofeedback peut réguler vos nuits et rythmes de sommeil ... mais évitez quand même le café et autres excitants!

 
7. La Mutuelle va-t-elle intervenir ?
Imprimer

En Belgique, rares sont les Caisses de Mutuelle qui interviennent. Aux Pays-Bas, et en Suisse, c'est différent : les remboursements existent, de même qu'aux USA. Les Mutuelles françaises commencent à intervenir aussi. Chez nous, cela finira par se produire aussi !Néanmoins, à mon point de vue, un problème financier ne peut être un obstacle. Si tel est votre cas, parlons-en ouvertement.

Une patiente, employée dans une Mutuelle, m'a dit que c'était aux affiliés à interpeller leur caisse de mutuelle pour qu'elle révise son attitude à propos du neurofeedback.

 
8. Mon fils est dyslexique et ma fille souffre de déficit de l'attention. Des séances seraient-elles utiles ?
Imprimer

Oui, la logopède aura des résultats plus rapides avec votre fils, et l'institutrice de votre fille pourrait observer rapidement un changement dans son comportement à l'école. 

 
9. Mon mari a eu un AVC il y a deux ans; il a perdu l'usage de sa main gauche, et parle difficilement. Le neurofeedback va-t-il donner des résultats?
Imprimer

Oui, le neurofeedback pourra aider votre épouse. C'est dans ces cas-là que les changements sont souvent les plus specatculaires.

J'ai vu d'excellents résultats dans ce domaine : des personnes ne pouvant plus manger correctement, n'osant plus partager un repas avec d'autres convives, ni surtout fréquenter les restaurants. Elles ont pu reprendre une vie sociale, coordonnant à nouveau leurs mouvements.

D'autres personnes, ayant perdu la capacité de lire, la retrouvent avec la joie qu'on devine !

 
10. Comment se fait-il que le neurofeedback Neuroptimal puisse améliorer des problèmes aussi différents que la dyslexie, les suites d'un AVC, le manque de confiance en soi, etc ... ?
Imprimer

Simplement parce que notre cerveau est le "big boss" de notre organisme, qu'il est plastique, et que le système neuroptimal respecte son autonomie.

 
11. Mon mari ne se déplace plus depuis son AVC, venez-vous à domicile ?
Imprimer

Si c'est possible, je peux me déplacer. C'est à discuter ensemble, selon les données pratiques.

 
12. Existe-t-il des études sur le neurofeedback, sur le système Zengar Neuroptimal que vous utilisez ?
Imprimer

Il en existe en anglais, mais très peu en français. Ces études se trouvent sur le site de Zengar. Une étude a été faite par le Prof. Dubois à l'Hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris, sur des patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Cette étude a été concluante. 

Voici une étude à propos de la maladie de Lyme : (citée par Emmanuel Renaud-Dehlinger)

Voici le témoignage d’un praticien de neurofeedback suisse (un peu ancien et en anglais, désolé) :
Il dit que pour la maladie de Lyme, une dose massive d’antibiotiques est nécessaire, et que le neurofeedback est surtout efficace pour les séquelles de cette maladie une fois traitée par antibiotiques.

“I was a Lyme patient myself and have worked with many such people: the process of doing NF with this type of client is VERY, VERY, VERY difficult. Basically a worsening of symptoms has to be regarded as normal with this type of clients. By the way: this has nothing to do with the immune system anymore - a post-Lyme syndrome has to do with neurological damages due to the bacteria infection years ago. This is also the reason why this client population has strong reactions due to the training. This is an issue on the neurological level. I always tell clients that the fact that the symptoms are worse shows that the CNS is starting to move - and it is this process which can be VERY uncomfortable. The CNS of such a person could generally be described as being in "stagnation" - since years "stuck" in a certain symptom - moving somebody out of that place takes much time and many sessions. It can take months until the client really can feel / admit a reliably lasting progress. Please be so honest to tell this to your Lyme patients from the beginning onwards otherwise they will stop training much too early and miss THE chance to get out of their problems.NF has the potential to completely provide relief of post-Lyme condition / syndrome. As a general guideline for work with these clients: work rather slowly - doing too many sessions per week can "push" the CNS too much – symptom reaction become too strong - and the risk is that the client then stops training because they think "NF is not good for me". In the ideal case I would say one training session per week for at least one year. If NF works - and it will - then such training should even continue in my opinion because a real severe case of a post-Lyme patient has a LONG way to go until life gets normal again. This is for SURE NOT a short term therapy with 15-20 sessions in 2 months or so... By the way: the statistical analysis in such client populations are in my opinion irrelevant - focusing on symptoms / symptom relief and clients’ subjective perceived wellbeing are crucial in work with these people - they need much time, an open ear and much compassion and love...

[…]

Generally a Lyme treatment takes 2-3 VERY strong highdosed antibiotic treatments each for a monthOr alternatively up to 1 year continuously lowdosed antibiotics. Sadly even today many medical doctors treat Lyme wrongly. Once 2-3 weeks lowdosed antibiotics and then they send clients home as healed, the bacteria withdraws and a year later hell breaks out. A Lyme client can only be regarded as "treated" when Lyme-related symptoms did not come back for 2 years. Literally ALL Lyme related symptoms have to be seen first under the regard of a re-exposure/fallback and is an indication that the first antibiotic treatment was a failure. Anything done other than antibiotics is just cover-up. Client might feel better for a few weeks or months but in the mean time bacteria are spreading. That is the dangerous thing about alternative medicine. Then also bacteria such as Lyme-Burdorferi can start new infections any time - you do not build up an immune resistance the first time you had Lyme. So you can have also new infections any time. That’s the reason why Lyme should be taken care of by real specialists and not by "local doctors". To make a real serious Lyme diagnosis, you have to know about and exclude 54 other illnesses of the weirdest and rarest type. This again is the base for choice of the type of antibiotic and treatment plan. Most "house doctors" fail totally in this regard. If your client does not get a serious diagnosis done and is then treated with antibioticsshe could end up as "disabled" by the age of 40. I am NOT exaggerating. This lady might have never gotten a REAL Lyme treatment. If she had her infection as a teenager and is now in her 30's then I can say with almost 100% certainty that she did not get a proper treatment. 10-20 years ago the medical establishment new hardly nothing about Lyme compared to what one knows today.”

 
13. Existe-t-il d'autres systèmes de neurofeedback que ceux que vous utilisez ?
Imprimer

Oui, il en existe. La spécificité du système Neuroptimal est qu'il s'adapte avec une extrême précision aux variations du cerveau.

Dans ce domaine aussi ses performances sont uniques. 

Nos détracteurs sont parfois injurieux ou de mauvaise foi à notre égard; en cas de doute, un simple coup de fil (02 649 03 91 ) et je répondrai avec plaisir aux questions que vous vous posez. En cas de calomnie, et il y en a malheureusement, sur d'autres sites que je ne nommerai pas, souvenons-nous de ces proverbes : "nul ne se grandit en rapetissant autrui" ou "nul ne lance des pierres sur un arbre stérile".

 
14. Les jeux électroniques ont-ils un effet sur les neurones ?
Imprimer

Oui, les gsm, les tablettes, les smartphones, etc ... ont un effet néfaste sur les neurones, et la glande pinéale.

Il est évident que le "progrès" nous invite généreusement à leur utilisation, mais son usage modéré doit être vivement recommandé, particulièrement pour les enfants.

Ces appareils ne devraient pas tomber dans les mains d'un enfant avant l'âge de 12 ans, à cause de la fragilité de son cerveau, encore en formation.

 
15. Y a-t-il des effets secondaires du système de Neurofeedback?
Imprimer

Il n'y a pas d'effets secondaires connus.

 
16. Pouvez-vous citer quelques liens utiles ?
Imprimer
 
17. Recommandez-vous des lectures ?
Imprimer

Oui, les ouvrages intéressants sont nombreux; en voici quelques uns. 

De nouveaux sortent régulièrement : les neurosciences ont le vent en poupe !

Sachez que si vous le désirez, je peux vous prêter ces ouvrages.

  • "Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau" de Norman Doidge, éd Pocket 13849.
  • "Votre cerveau n'a pas fini de vous étonner" B.Cyrulnik, P.Bustany, J.-M. Oughourlian, C. André, T. Janssen, P. Van Eersel, éd Clés-Abin Michel
  • "Comment le cerveau crée notre mental" de C.Frith, éd Odile Jacolb-sciences
  • "Le cerveau magicien, ce que nous révèle la neuro-imagerie", de D. Le Bihan, éd Odile Jacob, sciences
  • "Le cerveau magicien, de la réalité au plaisir psychique", éd Odile Jacob, sciences.
  • "The neurofeedback solution : drug-free treatment for children disorders, including autism, ADHD, depression and anxiety" from Hill Robert and Edmondo Castro, éd Hampton roads.
  • "Voyage au-delà de mon cerveau" de J. Bolte Taylor, éd "j'ai lu"-9027
  • "Menace sur nos neurones, Alzheimer, Parkinson... et ceux qui en profitent" éd Actes Sud.
  • "L'autre moi-même, les nouvelles cartes du cerveau, de la conscience et des émotions" de A. Dalmasio, éd Odile Jacob, sciences
  • "La nouvelle diététique du cerveau" de J.-M. Bourre, éd. Odile Jacob, poches
  • Visionner le DVD de Michel Meignant : " Le bonheur est dans les neurones, à la découverte du neurofeedback dynamique"; il aide à en comprendre le fonctionnement.